Burnout : travailler sereinement avec les autres, un vrai challenge ! 

Burnout : travailler sereinement avec les autres, un vrai challenge !

Privilégier la cohésion à la survie !

Dans mes coachings, je constate fréquemment que les conflits sont source de burnout. C’est notamment le cas dans les relations managériales. Lorsque la relation de pouvoir s’ajoute aux différences de point de vue, cela peut causer d’intenses émotions négatives.

Quelle contribution serait la cohésion relationnelle au sein des entreprises ?

Comment ce serait de vivre en harmonie et d’avancer, sereinement, dans le même sens ?

Pourquoi est-ce une difficulté ?

Parce que nous vivons une époque où un grand nombre de salariés sont en mode de survie et sont prêts à tout pour conserver leur emploi.

Les chiffres du chômage nous rappellent, sans cesse, que l’offre est supérieure à la demande. Les salariés sont soumis à plus de pression, plus de rentabilité tout en étant moins reconnus, moins considérés.

De plus, les échanges sont de plus en plus déshumanisés et de moins en moins nourrissants. De ce fait, le climat général, dans la plupart des entreprises, n’invite pas à l’entraide et à la cohésion.

Une prise de conscience vers le bien-être

Il y a heureusement des exceptions. Dans mes formations « développement personnel », un quart des salariés confie que leur employeur agit pour la qualité de vie au travail.

Il est vrai que certaines entreprises prennent enfin conscience que le bien être est essentiel à l’harmonie d’une structure et à sa rentabilité.

A contrario, les risques psychosociaux qui poussent les entreprises à la vigilance, peuvent entraîner des mesures superficielles. Certains dirigeants agissent « pour la forme », uniquement pour montrer qu’ils sont concernés par le syndrome d’épuisement professionnel.

La semaine dernière, Thierry, que je coach depuis 7 ans, me racontait que son service RH leur avait offert une livre sur le « management bienveillant ». La réaction des salariés a été de dire : « ça nous a bien fait rire, c’est à la direction qui devrait, avant tout, lire ce livre ! ».

Privilégier le savoir être

J’ai souvent entendu des managers me demander : « pourquoi ne commençons nous pas à nous former au développement personnel ? Cela nous permettrait de mieux nous connaître et mieux comprendre les modes de fonctionnement de notre équipe. Au lieu de cela, on nous colle des formations sur un tas de techniques managériales ? ».

Il est vrai que le savoir être n’est pas pris en compte dans notre système.

Dès l’école, on nous demande d’acquérir des connaissances. Plus tard, nous décrochons des entretiens de recrutement en fonction des compétences qui sont inscrites sur notre CV.

Notre savoir être n’est apprécié que lors des entretiens de recrutement où nous devons nous vendre alors que nous n’avons jamais appris à le faire !

Un job qui vous colle, est ce envisageable ?

En résumé, trop de personnes sont recrutées à des postes qui ne correspondent pas à ce qu’elles sont.

Pas étonnant, dans ce contexte, que les personnes s’épuisent à fournir de l’énergie dans l’effort plutôt que dans le plaisir !

Le test des Natures Multiples serait d'une grande aide.

L'engagement est la clef du changement ...

Les commentaires sont fermés.

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
WordPress Image Lightbox Plugin
%d blogueurs aiment cette page :